Biographie

                                                                                                       

 

 

 

Née à Boulogne Billancourt (92) en 1939, de parents Français nés en Algérie, d’origine espagnole.

Dès mon enfance, j’ai aimé écrire ; cette  motivation est certainement due à l’activité de mon grand-père maternel, scénariste et metteur en scène de sa troupe théâtrale à Sidi Bel Abbès, et l’écriture d’histoires réelles et imaginaires que me dictait  ma mère passionnée de cinéma et de théâtre.

Après deux ans vécus en Algérie dans le Constantinois et un retour en catastrophe dû au paludisme qui avait fragilisé ma santé, me voilà à suivre mes parents et mes deux sœurs dans diverses campagnes de France dont les différentes écoles me donnent des ailes en composition française, lecture, récitation ; par contre, le calcul obtient toujours la « bulle » !

A l’âge de dix ans, Fontenay-sur-Loing (Loiret) m’inspire : j’écris des saynettes destinées à mes trois actrices qui ne sont autres que ma jeune sœur et mes deux cousines parisiennes dont les vacances d’été passées chez nous leur réservent des rôles comiques que j’œuvre à mettre minutieusement en scène : T H E Â T R E !!!

Mais la région parisienne nous attend de nouveau, avec un Lycée austère à Bezons (95) où je fais des prouesses en français avec des textes inspirés par la belle campagne gâtinaise que j’ai quittée à regret.

Excellente élève en Composition Française, j’obtiens des notes variant du maximum au minimum ; le fatidique ZERO étant le résultat de mon imagination débordante entraînant ma plume hors du sujet ! Ces fréquentes petites déceptions déclenchent en moi une fontaine de larmes bien vite stoppée par une lecture à haute voix de ma maîtresse d’école et plus tard, de mon professeur de Français qui jugent que mes rédactions sont excellentes, écrites dans un « sans faute » en orthographe. J’excelle aussi en récitation ; j’ai en mémoire « les animaux malades de la peste » de Jean de la Fontaine que me faisait réciter deux fois de suite la maîtresse du certificat d’études primaires (C.E.P). Je suis aux anges à réciter avec gestes, grimaces, intonations, sur l’estrade de la classe qui en ces instants-là se transforme en scène de théâtre ; les élèves me comblent par leurs applaudissements. A cela s’ajoutent mes petits airs d’harmonica aux heures de la récréation où j’invente alors des airs « western »….

J’obtiens un petit prix numéraire pour un poème « La nuit » que j’ai envoyé au concours d’un magazine. Cela me vaut un abondant courrier de lecteurs et lectrices de mon âge (13ans), notamment de la Martinique (Amanthe Cayol reste ma préférée mais qu’est-elle devenue ?).

 

Un C.A.P de sténo-dactylographe en poche, je quitte le lycée pour un premier emploi à Levallois-Perret (75). Je me sens mal à l’aise dans ces grands bureaux parisiens, le métro, le bus…Je change souvent  d’employeur car je ne trouve pas « chaussure à mon pied ».

Puis vient le mariage et la venue de trois enfants. L’écriture tombe alors dans les oubliettes, faute de temps. Mes emplois successifs de sténo-dactylographe me dépriment et m’obligent à de fréquents arrêts maladie causés par le stress et la fatigue. Je profite de ces moments de repos pour écrire deux TV-films que je vais présenter à la Maison de la Radio à Paris, hélas sans succès.

Je reprends un emploi de secrétaire-hôtesse dans une agence immobilière.

Et puis le miracle d’un retour dans le Loiret où je retrouve ma Muse. C’est alors la poésie au sein de l’Association des Amitiés Littéraires du Gâtinais dont la présidente n’est autre que Lucette Moreau, écrivain, poétesse, Lauréate de l’Académie Française. J’écris également deux monologues destinés au théâtre et des textes en prose et petites histoires sur les enfants (enfin édités en 2007).

Là encore, les obligations familiales stoppent mon élan et tous ces écrits restent confinés dans un tiroir.

Un nouveau poste à mi-temps de responsable  de paies et Social chez un employeur à Château Landon (77) me prouve que les chiffres peuvent aussi bien me convenir que les lettres. Effectivement, je réalise cet « exploit » ou « défi », pendant six ans.

Lasse des chiffres et démêlés sociaux d’un domaine appris sur le tas, j’abandonne ce poste pour celui de secrétaire-négociatrice dans une importante agence immobilière sise à Nemours (77). Cette situation me plait énormément, ce qui me fait regretter toutes ces années précédentes où  je n’ai jamais trouvé la fameuse paire de chaussures adéquate !!!

L’âge de la retraite sonne et me pose en Bretagne, lieu de nos vacances d’été (un vœu réalisé !).

L’écriture reprend au sein de l’Atelier d’écriture de Concarneau (devenu itinérant) qui m’aide à reprendre confiance en moi après toutes ces années de mutisme.

Fidèle aux Amitiés Littéraires du Gâtinais qui m’ont décerné plusieurs premiers prix de création poétique et diction lors de leurs Jeux Floraux annuels, je prends plaisir à leur concocter des « anecdotes de Bretagne » éditées dans leurs livrets et anthologies.

Membre des Poètes sans frontières de Narbonne, je participe par quelques poèmes, à l’édition de leur anthologie annuelle destinée à une œuvre humanitaire pour les enfants de Sok Sabay (Cambodge).

Egalement Membre de l’A.E.B (Association des Ecrivains Bretons), je participe à plusieurs Salons du Livre.

Les petits bavardages échangés çà et là avec des femmes de mon âge font germer en moi l’idée de récolter des témoignages. Ainsi, en 2006, la parution de mon premier livre « A quoi tu penses, Grand’Mère ? », suivi en 2007 de « Rêves, où êtes-vous ? ».(15 et 16euros)

Egalement en 2007. mon projet du recueil de proses et nouvelles « Enfants » mis en sommeil depuis 1989 prend forme, joliment illustré par me six petits-enfants. Ces textes sont actuellement en création d’atelier- théâtre par la Compagnie Finisthéa à Plogonnec dont le metteur en scène n’est autre que Cyril Lesenne. Mon grand projet: mise en scène de mes textes sur les enfants soldats (voir mon recueil).

 

2007 : Petit livret – message poétique - « Voyage d’une fleur »  illustré par Florence Muckensturm (FLAM) rencontrée au Château de Kerminaouët lors de son exposition. On retrouve se texte illustré sur le site de Majuscrit(5euros).

 

2008 : « Du coq à l’âne ! », recueil de nouvelles également écrites en 1988/89, ou le Passé défie le Présent.(12 euros)

 

2010 : "CHERE AMELIE" - thriller . Drames dans un manoir concarnois -(15 euros)


2011/2012 : TROIS SAYNETES CONTEMPORAINES HUMORISTIQUES SUR LE SITE "LE PROSCENIUM":

                 - "BALAI'JAZZ" -

                 - "L'ANNIVERSAIRE"

                 - "DEUX ALLERS POUR OUAGADOUGOU"

 Pour se procurer les ouvrages et textes des saynètes : daniele.pogonkine@orange.fr

                                                                               

 

                                                             : daniele.pogonkine@orange.fr                   

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 18/01/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site